Le traitement médiatique des violences faites aux femmes

MARDI 22 NOVEMBRE A 19H
THEATRE DU GRUTLI

TABLE RONDE
Modération Miruna Coca-Cozma, réalisatrice et journaliste à la RTS
Avec Natacha Henry, historienne et journaliste, auteure du livre « Frapper n’est pas aimer. Enquête sur les violences conjugales en France » et fondatrice de l’association Gender Company, Stéphanie Pahud, linguiste et enseignante à la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne, Ariane Dayer, journaliste et rédactrice en cheffe du Matin Dimanche, et Lorraine Astier Cholodenko, travailleuse à Viol-Secours.

Comment les violences faites aux femmes sont-elles relayées dans
la presse, notamment écrite ? Avec quelles conséquences ? Les médias ont-ils un rôle à jouer dans la prévention des violences de genre ?
De quelle manière peut-on promouvoir un traitement responsable des violences sexistes et sexuelles dans les médias ?
Les violences faites aux femmes sont l’une des violations les plus courantes des droits humains, un important enjeu de santé publique et un obstacle majeur à la réalisation de l’égalité entre femmes et hommes. La perception, la prise en charge, et la prévention des violences sont influencées par de nombreux facteurs, parmi lesquels leur traitement médiatique.
Les mots employés dans la presse, notamment écrite, pour qualifier
les violences de genre ne sont ni anodins, ni sans effet.

Cette table ronde vise à mettre en perspective la manière dont les violences de genre sont traitées dans la presse romande. Elle veut ouvrir un dialogue entre rédactions, journalistes ainsi qu’acteurs et actrices de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles afin d’engager une réflexion sur les enjeux liés au traitement médiatique des violences faites aux femmes.

INFOS PRATIQUES
Site internet:
 www.caveutdirenon.ch
Evénement Facebook: www.facebook.com
Entrée libre

Organisation
Service Agenda 21-Ville durable de la Ville de Genève, Viol-Secours, Slutwalk Suisse, le 2ème Observatoire, TERRE DES FEMMES Suisse, FAPPO, Centre LAVI, Service égalité de l’Université de Genève, Département de l’instruction publique, de la culture et du sport et Bureau de la promotion de l’égalité entre femmes et hommes et de prévention des violences domestiques du Canton de Genève. Avec la participation d’Impressum, de DécadréE et du collectif Fish Tank.

X